Les bienfaits du CDB : réalité ou fiction ?

Les affirmations sur le potentiel thérapeutique du CDB sont omniprésentes en ligne. L’Organisation mondiale de la santé, comme d’autres, a confirmé le bon profil de sécurité du CBD, qui ne présente aucun risque d’abus. De plus en plus de personnes dans le monde entier demandent à leur médecin si le CBD pourrait être un traitement utile pour eux. Des gélules et des huiles jusqu’aux crème topiques et atomiseurs oraux, l’engouement pour le CBD a pris son envol.

Une étude récente de Santé Cannabis suggère cependant que les traitements médicaux au cannabis riches en CBD n’entraînent à eux seuls qu’une modeste amélioration des symptômes.

Est-ce que les preuves de l’efficacité du CDB appuient le battage médiatique ?

PREUVES LIMITÉES DU SOULAGEMENT DES SYMPTÔMES

Le cannabidiol, ou CBD, est le principal cannabinoïde présent dans le chanvre, et est généralement le deuxième cannabinoïde le plus courant dans la plante de cannabis. Plus récemment, dans le cadre du programme canadien d’accès au cannabis médical, des variétés de cannabis et des produits de cannabis à des fins médicales ont été mis au point pour contenir principalement du CBD, bien que des traces de THC et d’autres cannabinoïdes soient présentes.

Le CBD est connu pour ses effets antiépileptiques et anxiolytiques appuyés par des preuves cliniques et précliniques. Plusieurs études ont également mis en évidence des effets anti-inflammatoires, immunomodulateurs, antipsychotiques et neuroprotecteurs. Pourtant, les mécanismes des effets du CBD restent mal compris et le manque de preuves appuyant bon nombre de ses propriétés thérapeutiques potentielles s’avère être un obstacle à son utilisation clinique.

Les crises associées à l’épilepsie réfractaire sont les symptômes pour lesquels il existe le plus de preuves appuyant l’utilisation du CBD. Epidiolex®, le premier produit pharmaceutique à base de CBD, a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine en 2018 en tant qu’anticonvulsivants dans le traitement du syndrome de Lennox-Gastaut et du syndrome de Dravet. Il a également été approuvé par l’Agence européenne des médicaments en 2019, mais n’est pas disponible au Canada pour l’instant.

Les résultats de 5 essais contrôlés randomisés suggèrent également des preuves modérées que le CBD peut aider à réduire les symptômes de la psychose.

Bien que les preuves appuyant le CBD comme anxiolytique soient limitées, les cliniciens de Santé Cannabis ont observé de bons résultats en utilisant des traitements riches en CBD pour soulager les symptômes d’anxiété. Une récente augmentation du nombre d’études à long terme et de haute qualité sur le CBD et l’anxiété pourrait offrir des résultats plus concluants au cours des prochaines années. Néanmoins, les troubles mentaux comme l’anxiété ne représentent pour l’instant qu’environ 6 % des cas de patients chez Santé Cannabis.

Il existe également des preuves limitées que le CBD pourrait servir de traitement pour les symptômes de sevrage et les envies associées aux troubles liés à la consommation de substances.

SI VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS SUR L’UTILISATION DU CBD ET SUR LES TRAITEMENTS MÉDICAUX À BASE DE CANNABIS, INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE PROGRAMME DE FORMATION POUR MÉDECINS

CBD vs CBD et THC

La popularité du CBD s’est accrue en partie grâce à son bon profil de sécurité et au fait qu’il ne cause pas les effets psychoactifs généralement associés au THC.

Ces caractéristiques ont, dans une certaine mesure, contribué à créer l’impression que le CBD a une plus grande valeur médicale et thérapeutique que le THC. Dans certains pays, les autorités ont même lancé des programmes d’accès au cannabis à des fins médicales qui reposent exclusivement sur les plans de traitement au CBD.

La plus récente étude clinique de Santé Cannabis suggère cependant que les traitements riches en CBD ne produisent en fait que des améliorations limitées dans la gestion des symptômes, comparé aux plans de traitement qui combinent à la fois le CBD et le THC.

Dans certains contexts, l’utilisation du THC pourrait parfois être nécessaire pour que les patients tirent davantage de bénéfices de leur traitement médical au cannabis.

L’étude de Santé Cannabis devait être présenté au symposium annuel de la Société internationale de recherche sur les cannabinoïdes et sera publié plus tard cette année.

Elle a été menée auprès de patients qui ont commencé un traitement médical au cannabis dans l’une de nos quatre cliniques du Québec entre 2017 et 2019. L’étude a suivi deux groupes durant cette période : un groupe de 715 patients à qui l’on a prescrit des traitements riches en CBD et un groupe de 380 patients à qui l’on a prescrit à la fois des traitements au THC et au CBD.

L’efficacité des traitements a été évaluée à l’aide d’un questionnaire médical standardisé et d’outils d’évaluation validés tels que l’échelle d’évaluation des symptômes d’Edmonton (ESAS), le Brief Pain Inventory (BPI) et l’EQ5D au départ (BL), ainsi qu’un suivi à 3 mois (FUP1) et 6 mois (FUP2).

L’étude a révélé que les patients dont le plan de traitement reposait uniquement sur des produits à base de CBD ont fait état de moins d’améliorations et de bienfaits que ceux qui ont intégré à la fois le THC et le CBD dans leur traitement. Le groupe de patients ayant reçu du CBD et du THC a montré une amélioration plus importante pour presque tous les éléments évalués, par une marge statistiquement et cliniquement significative.

Des données supplémentaires et une enquête plus approfondie sont encore nécessaires pour valider davantage ces résultats et pour contrôler les biais potentiels.

En attendant, en l’absence de résultats d’autres études, il est probablement préférable d’aborder l’engouement pour le CBD avec prudence et peut-être une dose de scepticisme. Santé Cannabis reste cependant désireux de poursuivre la recherche clinique sur le sujet en coopération avec d’autres participants dans les domaines scientifique, pharmaceutique et médical du cannabis.