Considérer les traitements à base de cannabinoïdes pour la santé mentale

Par Lucile Rapin, Phd

Aujourd’hui, je me suis réveillée stressée et un peu déprimée. Pourtant, je me considère comme privilégiée: j’ai un travail que j’apprécie, une famille et un cercle social en santé et aimant et une maison où il fait bon vivre. Alors pourquoi d’un jour à l’autre, je peux me sentir heureuse, motivée à accomplir toutes les tâches, puis anxieuse et stressée? Tout ceci fait partie de la santé mentale; la santé mentale peut être décrite comme un état de bien-être au sein duquel une personne s’accomplit, compose avec le stress normal de la vie, peut travailler de manière productive et est en mesure d’apporter une contribution à sa communauté. (World Health Organisation, traduction libre).  

La santé mentale joue sur les domaines émotionnel, social et psychologique de notre vie. Elle a un impact sur comment nous pensons, comment nous ressentons, comment nous agissons et comment nous communiquons. 

Pendant longtemps, la santé mentale n’a été considérée qu’en termes de maladie mentale, maintenant troubles de santé mentale, tels que décrits dans le Manuel de diagnostic et statistique des troubles mentaux (DSM-V, 2013). Pour autant, les maladies mentales et la santé mentale sont deux concepts différents. Il est possible d’avoir une santé mentale fragile sans avoir de maladie mentale. 

La pandémie de COVID-19 a fait ressortir l’importance de la santé mentale individuelle, alors que des milliards de personnes se sont retrouvées confinées – avec un impact considérable sur leur santé mentale. Les travailleurs essentiels et de la santé, qui se sont retrouvés en première ligne durant la pandémie, ont été encore plus touchés. Une enquête réalisée au Canada a révélé que «1 Canadien sur 4 (25 %) de 18 ans et plus a fait l’objet d’un dépistage positif pour des symptômes de dépression, d’anxiété ou de trouble de stress post-traumatique (TSPT) au printemps 2021, en hausse comparativement à 1 Canadien sur 5 (21 %) à l’automne 2020.» (Statistique Canada, 2021).

La pandémie a également mis en lumière le besoin criant d’une amélioration de l’offre et de l’accessibilité des services gouvernementaux en santé mentale. Au Québec, le temps d’attente actuel pour une consultation psychologique au public peut aller jusqu’à deux ans. C’est très problématique, car les personnes cherchant un soutien pourraient être en crise, et leur santé mentale pourrait encore plus se détériorer durant cette attente. 

C’est pour ces raisons que le thème pour la journée mondiale de la santé mentale est «Faisons des soins de santé mentale pour tous une réalité»

Chez Santé Cannabis, nous reconnaissons la nécessité d’une approche multidisciplinaire en ce qui a trait à la santé mentale et au bien-être. Chaque personne a besoin d’une approche individualisée qui peut comprendre de la thérapie, de la médication, du soutien social et communautaire, de la formation et de l’éducation ainsi que de la méditation pleine conscience, entre autres. 

Chez Santé Cannabis, nous nous efforçons de proposer autant de ces soutiens et de ces services que possible à nos patients et leur communauté, mais notre compétence première est d’offrir l’accès à des professionnels de la santé formés pour accompagner les personnes qui considèrent le cannabis médical pour améliorer leur santé mentale. 

Personne recevant de l'aide dans le cadre d'un groupe de soutien

Comment les traitements à base de cannabinoïdes (TBC) peuvent-ils aider ? 

Après de longues années de tabous et de marginalisation, les problèmes de santé mentale sont maintenant pris en considération et enfin discutés sur la place publique. La recherche sur les TBC profite de  cette ouverture et rassemble un nombre grandissant d’études sur le sujet. 

Bien que nous reconnaissions l’existence de nombreux symptômes et de troubles de la santé mentale, nous allons détailler les recherches faites sur l’anxiété, la dépression et le trouble du stress post-traumatique. Pour les personnes intéressées à en apprendre plus sur l’état actuel des connaissances scientifiques relatives aux TBC et d’autres troubles mentaux tels que la schizophrénie, les troubles de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité ou le trouble bipolaire, plusieurs revues de la littérature ont récemment été publiées sur ces sujets (Black et al., 2019; Sarris et al., 2020; Scherma et al., 2018). 

 

Anxiété et dépression dans la littérature

Comme l’enquête de Statistique Canada l’a montré, l’anxiété et la dépression sont les symptômes et troubles de la santé mentale les plus fréquemment vécus par les canadien·ne·s. 

Même si les preuves scientifiques venant d’essais cliniques randomisés contrôlés sont sommaires, de nombreuses études observationnelles indiquent que les symptômes de santé mentale sont la deuxième raison d’utilisation des TBC après la douleur chronique (Bonn-Miller et al., 2014; Lintzeris et al., 2020; Lucas et al., 2017)

Par ailleurs, Santé Cannabis a récemment publié un article de blogue sur l’anxiété et les TBC, qui évoque ce qu’est l’anxiété et dans quelle mesure les TBC peuvent être considérés. 

Les TBC contiennent généralement des concentrations diverses des deux cannabinoïdes prédominants, le Δ9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Bien que le mécanisme d’action ne soit pas encore complètement élucidé, le CBD semble avoir des effets anxiolytiques (anti-anxiété) (Campos et al., 2012). De nombreux essais cliniques montrent qu’à la suite de la prise de CBD, mais pas du placebo, on observe une diminution des scores subjectifs d’anxiété en réponse à un stimulus provoquant l’anxiété (Zuardi et al., 2017; Bergamaschi et al., 2011; Skelley et al., 2020 pour une revue de la littérature sur le CBD et les troubles de l’anxiété).  

A l’inverse, il y a actuellement peu de littérature scientifique sur la pertinence des TBC dans le traitement des troubles dépressifs (Turna et al., 2017). Pour autant, les patients utilisent fréquemment le cannabis à des fins thérapeutiques pour soulager les symptômes dépressifs et 7 études transversales sur 9 rapportent une amélioration de l’humeur avec le cannabis médical (Walsh et al., 2017). Des améliorations de l’humeur sont également rapportées dans des études évaluant le cannabis médical pour la douleur chronique, la sclérose en plaques et le VIH, entre autres. (Ellis et al., 2009; Lahat et al., 2012; Page & Verhoef, 2006; Ware et al., 2015).

Notre expérience clinique relative à l’anxiété et la dépression

Les données observationnelles provenant des patients de Santé Cannabis concordent avec la littérature. Au sein d’une base de données de 1,342 patients de Santé Cannabis évalués entre 2017 et 2019, 5,4% avaient un diagnostic primaire lié à la santé mentale. Par contre, 59% des patients ont rapporté des symptômes secondaires d’anxiété ou de dépression. De plus, ces symptômes sont très présents chez les patients avec un diagnostic primaire de douleur chronique: 73% des patients avec un diagnostic de douleur chronique avaient également des symptômes d’anxiété ou de dépression. 

graphiques pour décrire les symptômes primaires et secondaires

Dans une étude récente, nous avons également montré que les patients rapportaient une réduction des symptômes d’anxiété après 3 mois de traitement riche en CBD (Rapin et al., 2021). 

 

Le trouble de stress post-traumatique dans la littérature

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) se caractérise par une exposition à un traumatisme et des symptômes tels que des souvenirs intrusifs, un évitement des facteurs alarmants, un état de tension augmentée et une altération de l’humeur et de la cognition. Les cauchemars et perturbations du sommeil sont également très fréquents. Le TSPT a une prévalence au cours de la vie estimée de 9.2% au Canada, et touche de manière disproportionnée les femmes  (Katzman et al. 2014).

Les TBC sont de plus en plus considérés comme un traitement potentiel pour les symptômes du TSPT; des essais cliniques sur le nabilone et le THC ont montré des bienfaits au niveau du sommeil, mais on a besoin d’études de plus grande ampleur et plus longues (et plus d’essais cliniques randomisés contrôlés) pour obtenir des preuves rigoureuses appuyant l’utilisation des cannabinoïdes dans le TSPT. 

Cela étant dit, il y a ​​de plus en plus de témoignages de patients qui s’auto médicamentent avec du cannabis, ainsi que des preuves anecdotiques et des études de cas indiquant que le cannabis pourrait réduire les symptômes du TSPT(Hindocha et al., 2020; Fernández-Ruiz et al., 2020). Les preuves anecdotiques peuvent ne pas être valorisées par les scientifiques ou les cliniciens, mais lorsque peu de preuves provenant d’essais contrôlés randomisés sont disponibles, les données anecdotiques ne devraient pas être dédaignées; les données anecdotiques peuvent aider à mieux comprendre le sujet et à mettre en place une recherche scientifique en bonne et due forme. 

Par ailleurs, bien que la recherche sur le cannabis médical et le TSPT en soit encore à ses débuts et n’a pas encore trouvé la formulation cannabinoïde exacte pour soulager les symptômes du TSPT, les résultats actuels indiquent des voies thérapeutiques potentielles à considérer.

 

Notre expérience clinique sur le TSPT

«Je ressens énormément de compassion pour les gens qui vivent avec un trouble de stress post-traumatique. 

Depuis que je travaille à Santé Cannabis, j’ai eu la chance de pouvoir en apprendre beaucoup plus sur cette condition au cours de mes entrevues avec les patients ayant ce diagnostic. Ce qui m’a le plus marqué, ce sont toutes les sphères de la vie qui sont affectées par ce trouble. Je pense aux cauchemars, à la colère, à la douleur, aux images vives qui reviennent sans cesse et à l’anxiété sévère qui empêche de fonctionner et qui rend les relations interpersonnelles très difficiles. 

Je pense à un ancien combattant en particulier que j’ai évalué il y a plusieurs années. Il m’avait raconté qu’il devait faire quelques tournées autour de sa maison tous les soirs avant de pouvoir aller se coucher. Il m’a aussi parlé de tous ses anciens collègues et amis ayant un TSPT qui se sont enlevé la vie faute d’avoir trouvé une solution pour retrouver une qualité de vie raisonnable. Il avait entendu parler du cannabis médical à travers un ami ancien combattant,  qui disait avoir trouvé beaucoup de soulagement en prenant de l’huile de CBD. Le patient que j’évaluais en était très choqué, puisqu’il avait été contre le cannabis toute sa vie, et après 20 ans de recherche et d’essais pour trouver ce qui pourrait l’aider avec ses symptômes liés au stress post-traumatique, il ne pouvait pas croire que la réponse puisse être le cannabis! 

Ce que je peux dire, c’est que dans ma pratique et celle de beaucoup de mes collègues, nous voyons énormément de succès avec le cannabis médical sur les symptômes du trouble de stress post-traumatique. » – Andrée Charbonneau, Inf

Durant un atelier à la Conférence sur les traitements à base de cannabinoïdes du 5 mai 2021, le Dr Howard Mitnick a partagé son expérience clinique relative au cannabis médical et au TSPT. Dans sa pratique clinique, en particulier en 2016 au retour de nombreux soldats déployés en Afghanistan, le Dr Mitnick s’est dit impressionné par l’impact significatif du cannabis médical sur les patients qui luttaient contre l’anxiété liée au trouble de stress post-traumatique et qui essayaient par tous les moyens de calmer leur cerveau.

Néanmoins, les statistiques montrent que la population québécoise est sous-représentée au sein du groupe de patients canadiens ayant accès au cannabis médical, les vétérans ne faisant pas exception malgré la large couverture médicale offerte par Anciens combattants Canada. 

Nous savons également que de nombreux vétérans qui ont obtenu une autorisation pour les TBC n’ont pas le soutien de professionnels de la santé pour les guider dans leur traitement avec le cannabis médical. Nous souhaitons améliorer cette situation et c’est pour cela que nous offrons des présentations éducatives ouvertes à tous pour renseigner les gens qui vivent avec un TSPT sur cette option de traitement et pour les informer sur notre mission et nos services. 

L'ancien combattant reçoit le soutien d'un thérapeute

Les prochains besoins en matière de TBC et de troubles de la santé mentale

Ce rapide aperçu de la recherche sur les TBC, les troubles de la santé mentale et les symptômes associés met en évidence le besoin criant de mener plus de recherche pour évaluer et confirmer l’effet des TBC sur ces troubles. De plus en plus de preuves indiquent un effet bénéfique du CBD sur les symptômes d’anxiété, cependant les preuves sont encore limitées concernant l’utilisation du cannabis contre les symptômes dépressifs. Le THC pourrait réduire certains symptômes du TSPT, mais là encore, les preuves sont trop limitées pour pouvoir conclure. 

Nous savons que peu importe les preuves formelles et scientifiques, les gens utilisent le cannabis médical pour traiter leur maladie mentale ou améliorer leur santé mentale. Nous croyons qu’il faut donner aux gens les moyens de prendre les meilleures décisions relatives à leur santé en s’appuyant sur des données et preuves probantes de qualité, et nous devons donc poursuivre les études dans ce domaine essentiel.

Bien que les preuves soient pour l’instant faibles, les résultats sont assez encourageants pour que la recherche continue. Citons entre autres le profil d’innocuité favorable des TBC, comparativement aux anxiolytiques ou aux antipsychotiques par exemple, ainsi que les nombreuses études observationnelles de patients rapportant une réduction des symptômes et une amélioration de la qualité de vie suite aux TBC. 

Pendant que nous attendons des preuves cliniques solides pour déterminer  le potentiel des TBC dans les troubles de la santé mentale, cela n’empêche pas les symptômes de santé mentale de se manifester chez de nombreuses personnes, affectant négativement leur vie quotidienne. 

Le témoignage de l’une de nos patientes illustre bien l’impact des symptômes de santé mentale sur la vie quotidienne :

«Ça m’aura pris un bon moment avant de me l’admettre, mais j’ai vécu beaucoup d’anxiété depuis mon tout jeune âge. Cette anxiété aura affecté ma capacité à travailler et mes relations interpersonnelles, sans oublier ses impacts immenses sur mon corps: de la tension douloureuse quotidienne aux difficultés gastro-intestinales. Par contre, je pense que reconnaître l’anxiété m’a permis de m’outiller afin de mieux la gérer, de retrouver ma qualité de vie ainsi que mon estime de moi.

J’ai dû apprendre à dire non aux autres, et aussi à moi-même. J’ai appris à réduire mes besoins financiers pour pouvoir travailler moins et avoir plus de temps à investir dans mon hygiène de vie en général.

Je me sentais coupable par rapport à ça et je me sentais comme un imposteur qui aurait pu faire mieux. Cependant, ma médecin de famille m’a grandement aidé en validant mes émotions et en me félicitant de prendre soin de moi. Le simple fait qu’elle ait eu cette approche avec moi m’a beaucoup aidé à m’accepter et à accepter mes limites. 

Je crois que le soutien de mes proches et de ma médecin ont fait toute la différence.»

– Nancy Raymond, Patiente de Santé Cannabis

Nous savons que la santé mentale est extrêmement complexe et que, même avec des traitements dont l’utilité a été démontrée par des recherches rigoureuses, les gens doivent régulièrement essayer une combinaison de traitements pour trouver ce qui fonctionne pour eux, et cela peut changer au cours de leur vie. L’ajout d’un autre traitement à l’éventail de traitements disponibles pourrait être le traitement qui fonctionne pour la prochaine personne.

Dans notre pratique clinique, nous disposons de suffisamment de données pour prendre des décisions éclairées avec nos patients, pour comprendre les interactions médicamenteuses et pour surveiller les contre-indications. Nous prenons le temps d’apprendre à connaître chaque personne avant de lui proposer un plan de traitement individualisé et d’assurer un suivi régulier – tout cela, dans le but de s’assurer que son plan de TBC lui permette d’atteindre ses objectifs de traitement relatifs à la santé mentale, sans effets secondaires. Nous savons également que de nombreuses personnes continuent à s’auto-traiter et peuvent ne pas comprendre la complexité de l’utilisation des TBC pour traiter les problèmes de santé mentale. 

 La santé mentale fait partie de la santé générale et doit être traitée avec le même niveau de soins et de suivi que tout autre problème de santé et tout nouveau traitement médicamenteux. Nous encourageons la formation des professionnels de la santé pour qu’ils et elles comprennent le rôle du cannabis médical dans le traitement des problèmes de santé mentale, et nous soutenons la recherche pour améliorer nos connaissances. C’est le fruit de notre travail collectif qui garantit que la santé mentale des patients soit traitée correctement. 

 

Conclusion 

La santé mentale joue un rôle important dans notre vie, il est crucial qu’elle soit prise au sérieux tant par les individus que par les gouvernements. 

La santé n’est pas simplement l’absence de maladie, c’est un état entier de bien-être physique, mental et social (OMS) et pour beaucoup d’entre nous, les deux dernières années ont mis en évidence le rôle important que notre bien-être mental et social joue dans notre expérience quotidienne.

Pour ma part, lorsque je commence à me sentir anxieuse, je m’éloigne des écrans, je fais une promenade dans mon quartier et j’essaie de mettre les choses en perspective – ce sont des stratégies que j’ai développées, qui fonctionnent pour moi. Certains jours, il est même difficile d’établir des priorités, mais j’ai appris qu’il est essentiel d’être à l’écoute de mon bien-être et d’adapter ma journée pour favoriser une bonne santé mentale. 

J’ai la chance que ces stratégies fonctionnent pour moi, mais dans ma vie, mon travail et mes recherches, je sais que ces stratégies ne fonctionnent pas pour tout le monde. Pour certains, il peut être bénéfique d’avoir des interactions sociales positives et bienveillantes, de bonnes habitudes de sommeil et d’alimentation, de l’exercice physique, de la nature et du plein air, un équilibre travail-famille et la méditation pleine conscience. Pour d’autres, cela peut être le soutien de professionnels avec une thérapie de groupe ou individualisée, et/ou des médicaments. Chez Santé Cannabis, nous espérons que les TBC font partie des médicaments envisagés pour la santé mentale. Nous encourageons la recherche future sur ce sujet, et pour les personnes intéressées à essayer les TBC, à consulter leur médecin.  

Si vous sentez une détérioration de votre santé mentale, il est important de demander de l’aide :

Chez Santé Cannabis, nos médecins et infirmier·ère·s sont là pour aider nos patient·e·s à trouver le traitement le plus adapté pour leurs symptômes. Nous offrons également à nos patient·e·s des groupes de soutien, des présentations et des outils, notamment pour la gestion du stress et la pratique de la pleine conscience.

Santé Cannabis s’engage à faire progresser les connaissances sur l’anxiété et les traitements à base de cannabinoïdes, et à ce titre, nous offrons des services de recherche aux entreprises et aux institutions intéressées par le développement d’études cliniques. 

Pour les cliniciens et cliniciennes qui traitent actuellement des personnes avec des symptômes qui se rapportent à la santé mentale et qui souhaitent inclure le cannabis médical à leur pratique, nos préceptorats sont disponibles pour tous les médecins locaux et internationaux. Pour les prescripteurs du Québec, nous offrons également un programme de formation gratuit sur les traitements à base de cannabinoïdes et sur la façon de les prescrire.

 

Auteur : Lucile Rapin avec le soutien de Charlotte Bastin et Eva McMillan

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

 

Institut de Formation Santé Cannabis